"- Un problème ?
- Ah ouais, y'as un problème ouais. Il y à un syndicaliste qui s'est perdu là !"


Cet avis a été écrit lors de la sortie en salles du film. Je le reposte aujourd'hui car j'ai revu le film récemment et mon avis à son sujet n'a pas changé.

Pierre Niney et Virginie Efira… Ce sont principalement pour ses deux comédiens que j’ai eu envie de me déplacer en salles pour découvrir « 20 ans d’écart » qui avait tout de la comédie simpliste comme je les aime. De plus, j’étais assez curieux de voir le travail de David Moreau, un réalisateur que j’apprécie et que je n’ai pas l’habitude de voir dans ce registre.

Et le résultat est assez surprenant. Je m’attendais à une comédie assez potache, assez simpliste mais le scénario écrit par David Moreau et Amro Hamzawi prend le temps d’installer ses personnages et la romance pour qu’au final, on s’attache plus facilement à nos héros qu’à leurs aventures. Bien sûr, le final est archi prévisible et dans le fond il n’y à pas grand chose de nouveau à se mettre sous la dent mais pourtant, on est plus en présence d’une comédie qui nous fait sourire nerveusement tant parfois on se sens mal pour les personnages. Non pas que leurs aventures soient ridicules (même si quelques scènes font quand même bien rire quand même ça reste une comédie populaire) mais parce qu’on éprouve une telle empathie pour eux qu’on à envie que tout se passent bien pour eux. Résultat, au delà du simple potentiel comique et de la romance, il y à une légère dimension humaine que j’ai apprécié.

Faut dire aussi que les comédiens, à commencer par nos deux héros, s’en donne à cœur joie pour rendre leurs personnages sympathiques. Même Virginie Efira en Alice, malgré les défauts et le côté opportuniste qu’elle peut avoir s’avère touchante dans ce monde qui la dépasse de plus en plus. J’apprécie beaucoup cette comédienne et une nouvelle fois elle ne m’a vraiment pas déçu se donnant vraiment à fond dans son rôle. Elle forme une excellente complicité avec Pierre Niney en Balthazar, le jeune homme naïf au grand cœur qu’on à tous envie d’avoir comme pote et qui apporte aussi beaucoup de fraîcheur et de pétillant dans ce film. Le couple fonctionne et c’est déjà en soit une grande réussite. Le reste du casting est très bon aussi avec des seconds rôles très drôle même si c’est quand même Charles Berling en père de Balthazar qui réussi à tirer son épingle du jeu tant il est énorme à chaque apparition.

Pour la réalisation, une nouvelle fois j’ai bien aimé le travail de David Moreau. Pour cette comédie il ne renouvelle pas le genre mais utilise une base solide avec des plans très esthétique qui rende ce film très agréable à voir. Il y à une jolie photographie et chaque scène semble avoir son importance. Tout s’enchaîne assez vite avec une bonne fluidité et du coup, je n’ai pas vu le temps passé. J’ai beaucoup aimé les différents contrastes (décors, lumière, photographie etc etc) entre le monde « scolaire » de Balthazar et le monde de la mode d’ « Alice ». La bande originale composée par Guillaume Roussel est elle aussi très appréciable et accompagne bien ce long métrage avec par moment une certaine douceur classique mais bonne.

Pour résumer, j’ai eu exactement ce que je voulais devant « 20 ans d’écart ». C’est pas la comédie du siècle mais ça reste un divertissement populaire très plaisant qui m’a provoqué pas mal de sourire. Le film doit aussi beaucoup à son duo phare Virginie Efira – Pierre Niney qui rendent leurs personnages tout de suite sympathique et à la mise en scène soigné qui à défaut d’être véritablement original fait le job en remplissant son cahier des charges. Ce fut un plaisir en tout cas de voir ce film que je reverrais bien.

3.5