"Il faut des gagnants et des perdants. Fini de jouer."

Ayant un peu de temps pour moi avant de me refaire une nouvelle saga cinématographique, je me suis dit qu'il serait bien que je me mate un film que j'avais enregistré sur ma box et que je n'avais pas encore eu le temps de voir et c'est ainsi que je me suis retrouvé devant "Bone Collector", film que je n'avais pas encore vu et qui sur le papier avait tout pour me plaire.

Est-ce que ça vient de mes attentes ou non ? Je n'en sais rien mais je suis quand même resté un peu sur ma faim avec ce scénario écrit par Jeremy Iacone d'après l’œuvre de Jeffrey Deaver. Très classique dans sa structure (le fait d'avoir comme héros un policier paralysé ne change rien), j'ai quand même eu l'impression d'être devant un énième film de serial killer. En soit ça ne me dérange pas beaucoup car j'adore le genre mais je regrette quand même qu'on ait pas été plus loin que le concept pour en faire au final une histoire ultra calibré.

Au-delà du rebondissement final très prévisible et malgré de nombreuses facilités, le film se laisse après agréablement suivre. Très ancré dans son époque, ce récit à quand même eu le mérite pour lui de me faire passer un bon moment sans que je m'ennuie trop. L'enquête reste prenante même si on devine vite certains aboutissants et en se laissant prendre au jeu, il y a quand même de quoi passer une bonne soirée. En ça, je ne regrette pas du coup de l'avoir découvert à la télévision.

Le casting qui était aussi un autre atout à mes yeux ne m'a pas déçu également. Le duo Denzel Washington - Angelina Jolie, respectivement Lincoln Rhyme et Amelia Donaghy, font le job. Tous les opposent mais on sait qu'ils vont vite trouver un terrain d'entente pour être complémentaire. Dommage que l'issue finale entre eux soit un peu trop risible (ça gâche un peu le duo) tout comme les traumas de leurs personnages mais les deux comédiens restent quand même agréable à suivre.

Derrière eux, j'ai été surpris de retrouver Queen Latifah dans ce projet. Bon, son personnage est un peu en retrait de l'enquête donc ceci explique cela et ce n'est pas plus mal car du coup, son rôle de Thelma ne devient jamais choquant. Michael Rooker en Capitaine Howard Cheney fait une bonne tête à claque. C'est vraiment bête que ce soit tout de suite marqué sur son fronts qu'il va nous mettre des bâtons dans les roues car c'est un acteur que j'apprécie et je pense que son personnage aurait mérité un peu plus de finesse.

Le duo Ed O'Neill - Luis Guzman, soit l'Inspecteur Paulie Sellitto et Eddie Ortiz, fonctionne lui aussi très bien. J'ai trouvé leurs rôles très sympathique, ils véhiculent un humour un peu léger qui n'est pas déplaisant et j'aurais bien aimé les voir un peu plus en avant même si je comprends qu'on ne les voit pas davantage (plus, ils auraient fait de l'ombre aux véritables héros du film). Michael McGlone en Inspecteur Kenny Solomon est lui un peu plus fade et transparent je trouve sans que cela ait trop d'importance. Quant à Leland Orser en Richard Thompson / Marcus Andrews, il fait ce que l'on attend de lui mais on l'a déjà vu plus efficace, son personnage ne bénéficiant pas aussi d'une bonne écriture malheureusement.

Derrière la caméra, la réalisation de Phillip Noyce fait très années 90. Je n'irais pas jusqu'à dire que son film a pris un coup de vieux, j'ai vraiment pris du plaisir à le suivre malgré ses défauts mais dès le premier coup d’œil, on le situe bien dans son époque. Dans son traitement, ce thriller est visuellement très classique avec sa mise en scène sombre très stylisée qui peut nous faire penser à certains effets clipesque. Le cinéaste à au moins le mérite pour lui de nous emmener dans son projet sans trop avoir susciter d'ennui chez moi.

En effet, le montage efficace fait que l'on avance bien pièce après pièce et malgré son dénouement qui est loin de m'avoir convaincu, j'avoue avoir pris du plaisir à voir ce type de réalisation qui fait un peu cliché maintenant. Le long métrage aurait pu avoir une identité propre, il ne se démarque pas vraiment du lot mais reste cohérent avec lui-même. La bande originale composée par Craig Armstrong est également excessivement classique avec des notes déjà entendues des milliers de fois au point que cela en deviendrait presque caricatural.

Pour résumer, si "Bone Collector" ne m'a pas autant transporté que ce que j'aurais espéré, il n'en demeure pas moins un thriller qui m'a fait passer un bon petit moment. Il possède pas mal de défauts à commencer par son aspect très classique, il est très ancré dans son époque mais pour un film que j'ai suivi à la télévision, il fait ce que l'on peut attendre de lui. C'est dommage qu'il n'est pas su apporter son propre style car du coup il se noie un peu dans les films de ce genre mais pour être honnête, j'ai quand même passé un bon moment et c'est déjà ça.

3.0