Sans être ma plus grosse attente de l'année, j'avais quand même une certaine hâte de découvrir "Indian Palace". Je m'attendais à un beau film sur la vie, la bande annonce me laissait présager quelque chose de bons avec l'Inde en toile de fond pour nous offrir de belles couleurs et surtout un casting britannique de grande classe qui fait que même dans un sombre navet, je me serais déplacer dans ma salle obscure pour eux.

J'ai pas du tout été déçu du résultat. Bien au contraire, le film est très fidèle à ce que j'en espérais et à comblé toutes mes attentes et bien plus encore. Le scénario écrit par Ol Parker d'après l’œuvre de Deborah Moggach m'as paru excellent. Je ne vais pas comparer avec le livre ("Ces petites choses" ("These foolish things" en version originale) ) car je ne l'ai pas lu mais en tout cas j'ai vraiment été transporté par cette histoire et qui m'as donné envie de découvrir le bouquin. L'histoire nous apporte tout ce que l'on pouvait espérer à commencer par une belle philosophie sur la vie. Bien sûr, prendre une bande de retraité et nous en faire un hymne à la vie, savourer le temps qui passe, les petits plaisirs etc etc peut apparaitre assez banal, assez prévisible mais le scénario réussit tout de même à y mettre une bonne dynamique. Du coup, même si dans d'autres films le message à déjà été transmis, ici on le reçoit encore de la meilleure façon que l'on peut. Chaque retraité va venir faire ce voyage ici pour différentes raisons qu'elles soient importante (retour au source, besoin d'indépendanc, changement de vie...) ou plus basique (conquête sexuelle, remplacement d'une hanche...) mais tous vont se retrouver avec force et nous démontrer que la retraite en soit n'est pas une fin, que c'est un nouveau commencement et que ce n'est pas parce que l'on se retrouve à la retraite que l'on ne sers plus à rien. C'est d'ailleurs pour ça aussi que j'aime beaucoup la citation du film que le personnage de Sonny prononce : "Tout est bien qui finira bien. Et si c'est pas bien, c'est que c'est pas la fin." ("Everything will be all right in the end... if it's not all right then it's not the end." en version originale ;-) ). Je trouve qu'elle reflète bien ce film mais qu'elle véhicule aussi une belle philosophie de vie que j'ai fortement apprécié. A côté de ses diverses quêtes, on retrouve aussi dans ce long métrage une belle aventure humaine avec plusieurs émotions traité de bonne façon je trouve. J'ai ainsi beaucoup aimé les différentes romances et les différentes amitiés qui nous sont montrés à l'écran. Il y à bien sûr quelques facilités mais j'ai trouvé ses histoires assez touchante, assez émouvante comme celle du personnage de Graham (dont je ne dirais rien pour éviter de trop spolier) ou encore le lien qui se crée entre Evelyn et Douglas. On retrouve aussi un bon humour, très léger et très divertissant qui accentue un peu plus la joie de vivre de ce film. Qu'ils soient clichés ou non, j'ai beaucoup aimé ses différents portraits et les voir cohabiter tous ensemble fait plaisir à voir.

Si le scénario fonctionne, c'est aussi parce qu'on à le droit à la crème de la crème du cinéma britannique à commencer par une Judi Dench que j'ai bien aimé dans son rôle de Evelyn Greenslade. Son personnage est assez important car il va servir un peu de colonne vertébrale au groupe je trouve, un lien qui se retrouve appuyé aussi dans sa voix off lorsqu'elle rédige sur son blog et je trouve que c'est une bonne chose car ça évite que le scénario se disperse de trop. L'actrice est en tout cas remarquable. Je l'ai trouvé très charismatique, très forte mais également très émouvante lorsque la situation l'exigeait. Autre actrice qui va servir de colonne vertébrale au film, surtout vers la fin, c'est Maggie Smith dans la peau de Muriel Donnelly. Irrésistible, même lorsque son rôle est détestable à souhaits on arrive pas à la vouloir. C'est sans doute le traitement comique du film qui veut ça mais la performance de l'actrice y ait aussi pour beaucoup. C'est aussi l'un des personnages qui va le plus évoluer dans le film et c'est peut être pour ça aussi que l'on s'y attache vite car malgré ses défauts apparent, on se rend vite compte tout de même que cette femme à été blessé dans la vie et la comédienne incarne bien tout ça sachant même être extrêmement touchante lorsqu'elle évoque le passé de son personnage. J'ai eu beaucoup d'affection aussi pour le personnage de Graham très bien interprété par Tom Wilkinson. L'acteur y est comme d'habitude parfait et j'avoue que je ne m'attendais pas à ce genre de personnage avec lui. C'est peut être pour ça aussi que je l'ai beaucoup aimé et que j'ai été très touché par son histoire. Plus qu'une simple colonne vertébrale, son rôle à lui va surtout être celui d'apporter une vision au groupe, les ouvrir au monde qui les entoure, les aider à leur faire apprécier ses petites choses qui s'offrent à eux. Sans révéler ce qui va se passer avec lui, je sais que ses dernières scènes dans le film m'ont beaucoup ému et le comédien à su y apporter le charisme et la tendresse nécessaire sans jamais tomber trop dans le pathos ou la facilité. Avec un autre acteur on aurait peut être pu tomber dans le ridicule mais ici ça fonctionne à merveille je trouve. Bill Nighy est lui aussi très bon en Douglas Ainslie. Il garde les principales mimiques et gestuelle qu'on lui connait (surtout au niveau de ses mains et de son regard imposant mais plein de sagesse) mais ça marche bien dans ce long métrage. C'est toujours un acteur que j'aime voir évoluer à l'écran et ici chacune de ses apparitions sont assez plaisante. Le comédien nous montre qu'il peut jouer sur plusieurs registres capable d'alterner avec une certaine aisance la comédie avec le drame. J'ai beaucoup aimé aussi Ronald Pickup dans le rôle de Norman Cousins. Ce personnage est totalement déjanté et à chacune de ses apparitions à l'écran, ce fut pour moi de grands moment de comédie. Le scénario lui offre des scènes assez savoureuses et pourtant même si son rôle n'est à la base pas très profond, sa quête pas très spirituel à l'inverse d'autre, le comédien réussi tout de même à nous émouvoir et à aller au delà de la simple sympathie qu'on peut ressentir pour lui. Il y à aussi une bonne alchimie je trouve avec Célia Imrie dans la peau de Madge Hardcastle. Un peu moins déjanté mais tout de même très décalé sur le reste du groupe, l'actrice nous livre aussi une bonne prestation. Je suis en revanche un peu plus mitigé concernant Penelope Wilton dans le rôle de Jean Ainslie. J'ai vraiment pas accroché à ce personnage qui sonne faux contrairement au reste du groupe. L'actrice n'est pourtant pas trop mauvaise dans l'ensemble mais je pense que ça vient du traitement de son personnage par le scénario. Je pense que c'est voulu que son rôle soit détestable mais je regrette qu'on y trouve aucune trace de sympathie et très peu d'émotion. Ça aide pour ressentir qu'elle se sens vraiment à l'écart de cette bande mais malheureusement j'aurais quand même aimé y trouvé quelques petits trucs qui m'aurait aidé à l'apprécié. Maintenant plus que le jeu de l'actrice, je pense que ça vient vraiment du scénario qui à voulu volontairement obtenir ce genre d'effets.

La force du film réside dans ce groupe de retraités magnifiquement bien interprété je trouve vous l'aurez compris mais la distribution possède quand même aussi d'autres comédiens talentueux. C'est ainsi que c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai pu voir Dev Patel (que j'avais pas revu depuis "Slumdog millionaire" ;-) ) dans le rôle de Sonny. Au delà de la très bonne interprétation du comédien, j'ai adoré le dynamisme et la joie de vivre de ce personnage. Il apporte beaucoup de fraicheur à l'ensemble avec beaucoup d'humour, une philosophie plaisante et une envie de se battre jusqu'au bout qui fait plaisir à voir. J'aime ce genre de personnage et l'acteur l'incarne vraiment à merveille. C'est d'ailleurs aussi pour ça qu'il arrive parfaitement à exister dans ce film malgré le charisme générale et la grande expérience cinématographique des autres acteurs. A ses côtés, on retrouve aussi Tena Desae. Très belle dans son rôle de Sunaina, on à pas trop l'occasion de développer son personnage même si on sais ce qu'elle recherche dans la vie. La comédienne joue en tout cas bien le jeu et j'ai aimé la voir à l'écran. J'aimerais d'ailleurs beaucoup la revoir dans un autre film plus tard car je pense qu'elle peut faire d'autre chose très intéressante. J'ai bien aimé aussi le jeu de Lillete Dubey dans le rôle de Madame Kapoor. Son personnage est assez cliché, assez prévisible et on se doute vite de l'évolution de son personnage à la fin mais j'ai quand même trouvé que c'était bien joué et qu'elle incarnait bien le rôle d'obstacle pour le personnage de Sonny. J'ai aussi bien aimé Rajendra Gupta dans le rôle de Manoj. Il ne parle pas beaucoup, on le voit peu à l'écran mais il dégage une certaine ampleur, une certaine force et dans son regard on y retrouve pas mal d'émotion également. Je trouve ça assez juste d'ailleurs de ne pas trop nous dévoiler ce personnage car ça nous permet de lui laisser un petit côté mystérieux avec son passé qu'il n'appartient qu'à lui et qui nous évite de tomber dans un voyeurisme qui aurait pu apparaitre comme gratuit. Lucy Robinson incarnant Judith aussi s'en sors bien et elle aussi j'ai apprécié son jeu même si on la voit peu à l'écran. Elle, c'est pas forcément le côté mystérieux mais j'ai trouvé qu'elle apparaissait juste comme il fallait et que ça n'aurait rien apporter au film de la mettre plus en avant même si elle va devenir importante pour l'un des personnages principaux tout comme Sid Makkar dans le rôle de Jay qui fera un frère classique mais efficace sans trop en faire ni trop apparaitre à l'écran. Rien à redire concernant le reste de la distribution que j'ai trouvé efficace.

J'ai bien aimé aussi la réalisation de John Madden. Elle est certes assez classique dans le fond mais reste efficace. On aurait pu s'attendre à plus de couleurs et des décors plus mis en avant mais c'est pas plus mal ainsi tout en se rappelant régulièrement où on se trouve, plutôt que de ce consacré au visuel, on se consacre principalement à nos héros ce qui est plus intéressant l'Inde apparaissant uniquement lorsque cela est nécessaire. Les décors n'en sont pas moins réussis avec une bonne exploitation du fameux hôtel où tous vont se retrouver et qui va être un personnage à part entière du film. On retrouve aussi des couleurs assez vives et variés qui font plaisir à voir, qui apporte une touche d’exotisme et qui nous donne envie de voyager. On à envie de s'incruster dans cette bande qui va se former et découvrir avec eux les richesses de la vie. John Madden va en tout cas nous offrir une mise en scène assez varié avec une introduction rapide qui nous présente les personnages de la meilleure façon qui soit avant de nous faire partir à l'aventure. Il y à des plans que j'ai trouvé très beaux (la réunion de tout les personnages assis à l'aéroport, la scène du cricket...) et d'autres très drôle ou efficace (la révélation de Muriel Donnelly sur sa vie, la scène de douche avec Norman...). La photographie est très belle, elle met bien en valeur cette histoire tandis qu'on retrouve des costumes typiques pour ce genre de film mais qui colle bien avec les différents décors mais aussi les différents personnages. Quant à la musique, la composition de Thomas Newman est parfaite. J'ai beaucoup aimé le choix des musiques qui accompagne très bien ce film de bout en bout et qui est très appréciable à l'écoute. Le seul petit reproche que je pourrais faire peut être au niveau de toute cette mise en scène, c'est que le film est peut être un chouïa trop long. 2 heures 05 pour ce film, c'est peut être nécessaire car je sais pas si le résultat aurait été le même si on aurait fait l'impasse sur une scène ou deux mais j'ai quand même trouvé que par moment (très court je vous rassure), il y avait quelques baisses de rythme que j'ai trouvé préjudiciable pour le film. Fort heureusement, ça n'as quand même pas gâché mon plaisir car j'ai quand même beaucoup aimé le résultat final qui m'as été offert.

Pour résumé, j'ai passé un excellent moment devant "Indian Palace". Belle hymne à la vie, c'est typiquement le genre de film qui nous fait aimer la vie et que j'aime voir. J'aime ce genre de sensation, ce genre d'expérience et même si une grande partie de la réussite du film est due au casting, le scénario efficace et la brillante mise en scène y contribue pour beaucoup aussi. Dommage que par moment il y ait quelques baisses de rythmes rapide je trouve car sinon j'ai vraiment trouvé que tout était parfait. Le long métrage correspond tout à fait à ce que j'espérais, il a même était un peu plus loin que mes espérances et je ne regrette pas de l'avoir découvert. Il y à fort à parier que je le reverrais en Blu-Ray plus tard. Un bon moment de cinéma qui met de bonne humeur et que je recommande fortement.

Ce que j'ai aimé :

  • Un bel hymne à la vie
  • Une distribution exceptionnelle
  • Une mise en scène réussie
  • Un humour léger plaisant
  • Des quêtes spirituels très intéressante
  • Une bonne évolution des personnages
  • Des portraits touchant et attachant
  • Une très bonne musique de film
  • Une bonne exploitation des couleurs sans en rajouter
  • Une utilisation judicieuse des décors
  • De très bons costumes
  • "Tout est bien qui finira bien. Et si c'est pas bien, c'est que c'est pas la fin."


Ce que j'ai moins aimé :

  • Quelques petites baisses de rythme par moment


**