"Le temps est un précieux cadeau."

"Indian Palace" fut une très bonne surprise pour moi lorsque je l'ai découvert en salles. La surprise fut si bonne que je l'ai même revu plusieurs fois depuis afin de me replonger dans cette ambiance si particulière qui mélange avec délice le charme anglais et la vie indienne. Du coup, lorsque j'ai eu vent d'une suite, c'est sans aucune hésitation que j'ai voulu refaire le voyage et que je me suis mis à découvrir "Indian Palace - Suite Royale".

Et je ne regrette absolument pas le voyage. Dès les premières secondes, je me suis replongé dans cette folie et cet amour de la vie que j'avais tant aimé dans le premier film. Le scénario écrit par Ol Parker m'a vraiment une nouvelle fois beaucoup plu. Je pensais que la magie de ce récit allait un peu s'essouffler mais bien au contraire, j'ai eu l'impression de retrouver une bande de potes. Plus qu'une simple redite de la précédente aventure, on a le droit à quelque chose de vraiment originale et même de très touchant.

J'ai beaucoup apprécié ce discours sur l'âge, sur le fait que la retraite n'est pas une mort en soit mais une nouvelle vie et que chacun est libre de s'offrir justement une nouvelle vie si il le désire, peu importe son âge. Cette volonté de vouloir combattre la peur et d'affronter la vie me plait énormément. Il y a un amour à la vie que je ne peux qu'apprécier surtout qu'en plus le scénario dispose de dialogues savoureux avec beaucoup de charme et un humour léger que j'adore. Son seul petit bémol, c'est sans doute une légère longueur vers la fin qui me laisse penser que le film aurait pu être amputer d'un petit quart d'heure pour gagner en rythme.

Devant la caméra, j'ai adoré retrouvé ce casting de luxe. On sent la complicité entre eux tous et on sent que ça leur plait d'interpréter ses personnages. Le duo Judi Dench - Bill Nighy, respectivement Evelyn Greenslade et Douglas Ainslie, est très tendre et très touchant. Maggie Smith en Muriel Donnelly est toujours excellente et incarne une bonne forme de sagesse malgré son tempérament de feu tandis que j'ai toujours de l'affection pour Ronald Pickup en Norman Cousins (ses dernières scènes avec la très bonne Diana Hardcastle en Carol m'ont plu). Celia Imrie en Madge Hardcastle est elle aussi excellente.

Pour canaliser ce casting, la folie du personnage de Sonny Kapoor est parfaite. Dev Patel l'incarne avec pas mal de peps et son énergie est très communicatif ce qui me plait bien. Il est pourtant souvent agaçant (pas autant que Penelope Wilton en Jean Ainslie que l'on revoit très peu dans cette suite) mais je ne peux pas m'empêcher d'avoir de la tendresse aussi pour sa fougue et l'envie de bien faire de son personnage. L'humour qu'on lui donne est excellent et l'acteur joue vraiment bien le jeu. Lillete Dubey dans le rôle de sa mère apporte un nouveau visage très intéressant à son personnage tandis que Tina Desae en Sunaina reste dans la même ligne que ce que l'on avait déjà pu voir.

Parmi les nouveaux venus, Richard Gere s'intègre très bien à cette bande. Dans son rôle de Guy Chambers, on retrouve la classe et le charme de ce comédien tout en y apportant sa touche américaine qui tranche un peu avec le glamour britannique ambiant. Dommage que son personnage manque un peu de finesse dans le sens où on devine assez vite pourquoi il est là et ce qu'il va devenir (tout comme la bonne Tamsin Greig en Lavinia Beech, moins marquante mais tout aussi prévisible). En tout cas, Richard Gere trouve bien sa place dans ce casting et contribue lui aussi à lui donner cette grande qualité.

John Madden réalise sinon une nouvelle belle aventure. Il y a de la couleur, la photographie est magnifique, les décors somptueux (même si je m'attendais à ce que l'on exploite davantage l'Inde dans cette suite), les costumes tout aussi bon et l'ensemble est très bien mis en scène pour nous offrir quelque chose de très agréable. Il y a plusieurs plans assez simpliste que je trouve pourtant très beau et derrière cet aspect minimaliste, on sent toute la tendresse que l'on veut nous donner avec ce récit.

Je me suis d'ailleurs tellement bien senti dans ce voyage que tout comme le personnage de Muriel Donnelly, lors des rares scènes en dehors de l'Inde, j'avais qu'une envie, c'est de passé à autre chose et de retrouver cet hôtel si particulier avec tous ses caractères bien différents qui cohabitent et forment une communauté à laquelle j'ai envie de participer. Le montage est bon également même si encore une fois, vers la fin, ça manque un peu de dynamisme. Quant à la bande originale, je l'ai beaucoup aimé aussi avec son petit côté Bollywood certes facile mais qui fait son petit effet tout comme la danse que l'on nous propose.

Pour résumer, "Indian Palace - Suite Royale" est un deuxième volet que j'ai beaucoup aimé. Il n'arrive peut être pas au même niveau que son prédécesseur qui avait pour lui une certaine originalité (cette fois-ci on sait ce que l'on nous réserve) mais ce deuxième voyage se trouve pas très loin derrière et je pourrais aussi très facilement le revoir. Ce film nous propose autre chose qu'un simple copier-coller et même si c'est facile et prévisible, c'est typiquement le genre de film qui me fait sentir bien, le genre de film qui me fait profiter de la vie et le genre de film qui me fait passer un vrai bon moment de cinéma. Avec ce deuxième volet, la surprise n'est plus là mais le plaisir est toujours intact et il n'en faut pas plus pour faire de moi un spectateur satisfait.

Liens divers :



4.0