Petit à petit, j’arrive au terme de mon cycle consacré à la saga cinématographique sur Jason Voorhees. Après « Vendredi 13 – Chapitre 9 : Jason va en enfer », je me suis donc attaqué à « Jason X ».

Avant son affrontement avec Freddy Krueger et son remake, cet ultime opus à ce jour du célèbre tueur au masque de hockey vire dans le nanar de façon très volontaire. Fidèle à ses habitudes, c’est juste du grand n’importe quoi et pensant avoir fait le tour de la question sur terre, les scénaristes ont donc décidé de transporter l’intrigue en plein cœur de l’espace. Si dans le fond, l’ensemble est extrêmement ridicule, je me suis quand même bien marrer. On à une nouvelle fois tout les clichés du genre, toute les facilités et ils vont trouver leur apothéose avec un final très drôle avec Jason vêtu d’une armure métallique des plus mémorable. Tellement mémorable d’ailleurs que je regrette même qu’elle ne fasse son apparition que dans les quinze dernière minutes du film.

Au casting, pour changer, il n’y à rien de mémorable non plus comme d’habitude. Kane Hodder donne bien de sa carrure pour interpréter Jason Voorhees et c’est tout du coup, il n’as pas à faire des efforts face à des dialogues creux et risibles. Les autres n’ont pas cette chance et du coup personne ne sors du lot même si je dois admettre que ça m’as fait plaisir de voir David Cronenberg dans le rôle du Docteur Wimmer et que Peter Mensah en Sergent Brodski arrive un peu à tenir la route malgré les clichés de son rôle.

Dans la mise en scène, on sens une évolution dans la saga avec la réalisation de Jim Isaac. Ça casse pas trois pattes à un canard mais on sens quand même une évolution dans les effets spéciaux et dans les moyens choses qu’on ne ressentait pas avant avec par exemple le chapitre 9 qui à très très mal vieilli. Après, ça reste à l’image du film, toujours du gros n’importe quoi, mais on a quand même l’impression d’être dans une série B de bonne facture. Visuellement, c’est pas toujours parfait mais ça passe quand même donnant au film un petit côté kitsch qui m’as amusé et la bande originale composée par Harry Manfredini fait toujours son effet surtout que cette fois ci on y retrouve d’autres morceaux, plus « électrique » qui contribue aussi à donné à ce long métrage un coté nanar totalement assumé.

Pour résumé, « Jason X » clôture bien la saga avant son affrontement avec Freddy et son remake. Je m’attendais à quelque chose de beaucoup plus fun mais ça passe quand même et ça m’as permis d’oublier les deux précédents opus qui m’avait quand même un peu déçu. A consommer avec beaucoup de modération, je pense que je pourrais le revoir volontiers plus tard juste pour me marrer.

13_10_2.jpg13_10_3.jpg