On continue dans le cycle 007 avec la suite des aventures du célèbre James Bond. Après "Moonraker", ce fut donc le tour de "Rien que pour vos yeux" que j'ai enfin réussi à voir il y à peu et dont la présence de Carole Bouquet au générique en tant que James Bond girl attisé ma curiosité.

J'ai bien aimé cet opus. Pourtant, c'était pas gagné d'avance. En effet, malgré une introduction intéressante qui reprenait des éléments qu'on avait pu voir dans "Au service secret de Sa Majesté" et que je trouvais pas assez développé, je m'étais dis que le film était parti sur de bons rails mais la fin grotesque de cette scène d'ouverture m'as vite fait redescendre sur terre. Si le film était à l'image de cette fin d'introduction, j'avais du soucis à me faire ou bien il aurait fallu que je regarde ce film comme un nanar. Pourtant, le reste s'avéra plus intéressant et mieux maitrisé fort heureusement. Bien entendu, on à toujours le droit aux grosses facilités scénaristique et à des scènes énormes que seul James Bond sais nous offrir mais le résultat final reste plaisant à voir même si on est toujours loin à mes yeux de l'ère Sean Connery qui était bien meilleur à mes yeux. Le scénario écrit par Richard Maibaum et Michael G. Wilson d'après l’œuvre de Ian Flemming est en tout cas sympathique je trouve. Plus simplifié que d'habitude, le film continue toujours de slalomé et de remplir son intrigue de choses pas forcément utile mais on va plus vite du point A au point B sans avoir à se prendre la tête. Les gadgets sont un peu moins présent mais au final, ce qu'il faut retenir c'est qu'on à exactement le genre de spectacle que l'on cherche à voir lorsque l'on visionne un James Bond malgré tout. L'histoire est en tout cas plus fun, plus légère et du coup j'ai bien eu le sentiment de m’amusai même si tout n'est pas parfait. On à le droit également à notre lot de scène d'action et d'humour qui font que même si le film dure encore plus de deux heures, on ne sens pas trop le temps passé ce qui est une bonne chose.

Du côté du casting, Roger Moore reprend une nouvelle fois le costume de 007. Je m'y suis fait, c'est loin d'être mon James Bond préféré mais l'acteur continue d'être cohérent avec les films précédents et à quand même su marquer la franchise avec son jeu et son interprétation plus centré vers le comique. Il reste en tout cas plaisant à voir et toujours charismatique ce qui fait qu'il tient bien le haut de l'affiche. Pour le reste, on rien de bien nouveau à se mettre sous la main Roger Moore ne changeant pas grand chose à son interprétation au fur et à mesure que les films avancent. A ses côtés, dans le rôle de la James Bond girl, on à le droit à Carole Bouquet en Mélina Havelock dont la présence me surprenait autant qu'elle m'intriguait. J'ai pas été totalement convaincu. C'est pas que l'actrice soit mauvaise c'est juste que je trouve qu'elle ne fait pas trop James Bond girl et du coup, je l'ai trouvé souvent légère. Son duo avec Roger Moore ne fonctionne pas toujours je trouve et je le regrette car malgré tout ça reste quand même une actrice que j'aime bien. On à un peu plus de chance avec Lynn-Holly Johnson dans la peau de Bibi Dahl. Sa prestation est très légère mais colle mieux avec l'image d'une James Bond girl. De plus, ce personnage m'as fait rire et j'ai aimé la fraicheur et "l'innocence" qu'elle dégageait même si sur le fond, son personnage n'apporte pas grand chose à l'intrigue. Chaim Topol dans le rôle de Columbo m'as bien plu aussi. Je suis même content du renversement de situation pour son personnage et celui de Julian Glover en Aristotle Kristatos. L'un fait un meilleur gentil que méchant et l'autre c'est l'inverse. Leurs prestations m'ont plu en tout cas et ça à été un plaisir de les voir évoluer ensemble. Charles Dance en Claus est pour sa part plutôt comique. Il aurait pu faire un méchant assez bon mais le scénario à préféré malheureusement en faire une caricature. Du coup, il peine à être convaincant et à faire "peur" et fait plus rire qu'autre chose même si j'admets qu'il aurait été dommage de s'en priver. Il en va de même pour Michael Gothard en Locque qui possède lui aussi un certain charisme mais qui n'as pas été exploité et dont on à préféré faire un stéréotype ambulant. Du côté des fidèles, c'est toujours une joie de retrouver Lois Maxwell dans le rôle de Miss Moneypenny et Desmond Llewelyn dans le rôle de Q. On regrettera l'absence de Bernard Lee dans le rôle de M ce dernier ayant disparu en cours de production. En sa mémoire, son rôle ne fut pas pourvu dans le film. Les textes de M furent partagés entre Q et le chef d'état major Tanner dont l'interprétation de ce dernier par James Villiers est assez transparente je trouve. On notera aussi l'une des dernières apparitions du Spectre (dans la fin de la scène d'introduction ridicule) joué cette fois ci par John Hollis dont sa performance dans la peau de Ernst Stavro Blofeld se limite juste à nous montrer son crâne chauve... ainsi que celle de Cassandra Harris dans le rôle de la comtesse Lisl qui pendant le tournage épousa l'acteur Pierce Brosnan... futur James Bond mais j'y reviendrais plus tard ;-) .

Derrière la caméra, John Glen prend bien le relai de Lewis Gilbert. Sa mise en scène n'est pas transcendante mais elle nous montre quand même des choses intéressantes avec des plans que je trouve dans l'ensemble plutôt réussis. Avec cette mise en scène, on rentre bien dans les années 80. Le film correspond bien à l'époque je trouve du coup même si quelques effets visuels ont pris un coup de vieux, j'ai quand même trouvé que visuellement c'était pas mal du tout. Les décors sont bien exploité, on à toujours cette sensation de voyager à travers le globe même sans avoir de grands décors paradisiaque. Les scènes d'action sont bien ficelé et au final on à un divertissement très plaisant et efficace. J'ai beaucoup aimé la scène en skis qui reste efficace même si elle traine un peu en longueur. Elle est filmé de façon dynamique je trouve du coup elle passe bien même lorsqu'elle frôle le ridicule comme avec l'apparition du bobsleigh. Le film gagne beaucoup en rythme malgré la longueur de certaines courses poursuite ce qui accentue aussi le fait qu'il soit plus agréable à suivre tandis que la musique composé par Bill Conti est excellente. C'est un compositeur que j'aime beaucoup (sans doute parce que justement sa musique est synonyme des années 80 pour moi avec sa participation à la franchise "Rocky" et à divers production avec Sylvester Stallone entre autre ;-) ) et j'ai trouvé que sa partition collé à merveille avec cet univers. Le thème phare du film "For your eyes only" composé par Bill Conti donc et interprété par Sheena Easton me plait bien même si le générique en lui même n'est pas l'un de mes préférés.

Pour résumé, "Rien que pour vos yeux" remet un peu les pieds sur terre après un "Moonraker" qui finissait de façon nanardesque. Le film est loin d'être parfait mais on sens qu'il y à eu des efforts de fait et au final je me suis bien amusé c'est ce qui compte pour moi. Le scénario plus léger se suis facilement, les acteurs font ce qu'ils ont à faire même si ils ne sont pas toujours aidés par l'intrigue et la mise en scène est très plaisante le tout bien habillé par une musique que j'aime bien. J'ai un peu de mal avec l'ère Roger Moore mais si "Rien que pour vos yeux" est loin d'être un de mes 007 préférés, il reste un film agréable que je pourrais revoir avec plaisir.

Ce que j'ai aimé :

  • Une intrigue plus légère
  • le dosage entre l'action et l'humour
  • La course poursuite en ski malgré sa durée
  • La composition excellente de Bill Conti et le thème phare du film
  • Le rythme qui fait qu'on ne ressens pas la durée du film
  • Un côté plus fun et moins prise de tête ce qui est sympathique


Ce que j'ai moins aimé :

  • La fin de la scène d'introduction alors que j'aimais bien l'idée du début
  • Carole Bouquet qui ne fait pas très James Bond girl à mes yeux
  • L'utilisation parfois abusive de la caricature
  • Le manque de gadgets


Liens divers :



Roger MooreCarole Bouquet et Roger Moore