Star Trek 2 : La colère de Khan

Alors que j'avais de grosses craintes à son sujet et que je pensais fermement m'ennuyer durant mon visionnage, j'ai été très agréablement surpris de bien accrocher au premier volet de la saga cinématographique "Star Trek". Faute de temps, j'ai eu un peu de mal à visionner la suite mais c'est donc avec un certain plaisir et de nouvelles attentes que je me suis mis à insérer le blu-ray du second opus à savoir "Star Trek 2 : La colère de Khan".

Et j'ai de nouveau été agréablement surpris. Je pensais que le soufflé allait vite retombé mais je me suis pourtant laissé de nouveau emporté par cette nouvelle aventure. Si la nouveauté et le final m'ont semblé un peu classiques dans sa trame, j'ai en tout cas passé un très bon moment devant ce scénario écrit par Nicholas Meyer, Harve Bennett, Samuel A. Peeples et Jack B. Sowards. C'est d'ailleurs vraiment surprenant car le film possède pas mal de petites choses qui aurait pu me déplaire mais c'est vraiment l'effet inverse qui s'est produit.

C'est ainsi que le rythme lent ne m'a pas dérangé tout comme l'enrobage fantastique avec son langage particulier à bord de l'Enterprise ne m'a jamais déstabilisé. Je suis de nouveau remonter à bord avec grand plaisir et je n'ai pas vu le temps passé. Pourtant, c'est quand même assez riche en facilités scénaristique pour arriver à ce final prévisible (quoique, il y a quand même quelques petits éléments surprenant que je ne révélerais pas ici pour ne pas spoiler) mais ça fonctionne.

Je ne sais pas si dans la durée cette franchise va toujours être aussi efficace mais ce second volet réussi en tout cas amplement à arriver au même niveau que le premier opus et à m'avoir offert les mêmes sensations de cinéphile que j'aime tant. Jamais ennuyeux, très simple à suivre, j’aime beaucoup la philosophie générale qui se dégage de cette saga. On a toujours l'éternel combat entre le Bien et le Mal entouré de toutes ses indispensables valeurs morales mais j'apprécie énormément cette notion de découvrir de nouvelles civilisations, d'explorer le monde, de protéger et préserver la vie, de se mettre au service des autres...

Bien sûr, écrit de cette façon avec mon français loin d'être à la hauteur, cela semble être d'une platitude extrême... Et c'est peut-être vrai qu'avec le temps, tout ceci a vieilli un peu, que le fond semble avoir déjà été vu à maintes reprises mais sa force est que cela reste toujours autant prenant et bien amené. A l'écran en tout cas, le scénario est nettement plus intéressant que ce que mon avis peut laisser le supposer. Sans chercher à se prendre la tête (et avec donc ses facilités qui lui donne son charme), ce long métrage n'en reste pas moins agréable à suivre en terme de divertissement mais très intéressant aussi dans la réflexion qu'il propose.

Rassurez-vous, cette réflexion opère que si on le souhaite. On peut voir ce film juste comme un grand spectacle cinématographique et ça marche aussi mais le cinéma (surtout fantastique) a toujours aimé faire de léger parallèle sur la société actuelle, sur sa façon de penser, de réagir... et c'est vrai qu'en remettant cette deuxième aventure dans son époque, je trouve que cette dernière n'est vraiment pas dénué d'intérêt aussi simpliste que peuvent paraître les dialogues parfois. De plus, il y a toujours un petit humour que j'aime bien.

Devant la caméra, c'est assez jouissif de revoir William Shatner et Leonard Nimoy, respectivement James T. Kirk et Spock, dans des rôles à qui ils ont donnés leurs lettres de noblesses et qui ont pas mal marqué leurs filmographies respectives. Les deux acteurs s'amusent avec leurs rôles, on sent leur complicité et c'est ça que j'aime aussi. Un peu comme l'ensemble du casting, il y a une légère surenchère dans le jeu mais celle-ci me fait beaucoup sourire et contribue également au charme du film à mes yeux. Les deux comédiens jouent de leurs rôles emblématiques et ça me plait. J'adore cette exagération ambiante comme lors de la première apparition de Kirk dans un halo de lumière du plus bel effet. Dans cette aventure, ma seule petite réserve vient peut-être du personnage de Spock que j'aurais aimé davantage plus "neutre" dans ses émotions comme dans le premier film mais cela ne m'a pas non plus fait sortir du film.

Face à eux, j'attendais beaucoup de Khan. Personnage emblématique de la franchise que je connaissais même sans avoir vu les films (et dont les apparitions dans le récent "Into darkness" m'ont plu), je voulais vraiment d'un méchant qui soit à la hauteur de ce que j'avais pu lire à son sujet. Si je m'attendais à quelqu'un de plus charismatique et de plus convaincant dans son côté démoniaque, une fois que je me suis habitué à lui, j'ai aimé le voir malgré tout. Ricardo Montalban l'incarne de façon assez amusante. On sent bien les années 80 dans son interprétation (comme pour les autres d'ailleurs) et même si ça prête à sourire, je me suis quand même laissé prendre au jeu. J'aurais d'ailleurs bien aimé qu'on le voit davantage.

Derrière, le reste de la distribution est du même acabit. Je retiens malgré tout la présence de Kirstie Alley en Lieutenant Saavik. Elle n'est pas transcendante mais j'ai des souvenirs de jeunesse avec cette comédienne dont les "Allo maman, ici bébé" et "Allo maman, c'est encore moi" qui font partie des VHS que j'ai usé. Je l'ai bien aimé aussi dans "Le village des damnés"... Bref, pour en revenir à ce qui nous réunit ici, l'actrice m'a de nouveau bien plu en tout cas. J'ai aimé son personnage qui ne se laissait pas totalement faire. J'aurais d'ailleurs bien aimé qu'on l'exploite un peu plus aussi car je pense que le côté un peu "rebelle" qu'on tente de nous montrer aurait pu nous apporter des choses intéressantes. Elle s'en sort en tout cas bien je trouve avec son personnage.

C'est aussi plaisant de retrouver certaines figures phares de la franchise comme George Takei en Commandant Hikaru Sulu ou encore Nichelle Nichols en Commdant Nyota Uhura. Dans la peau du Docteur McCoy, j'apprécie toujours autant sinon DeForest Kelley dont l'humour du personnage associé au jeu du comédien fonctionne bien. James Doohan en Montgomery Scott me fait un peu penser (toutes proportions gardées) à Q dans James Bond. C'est un personnage qu'on voit peu mais qui a quand même une certaine importance, que j'aime bien et dont la prestation de l'acteur reste très bonne. Walter Koenig en Monsieur Chekov est lui aussi bon dans cet univers je trouve.

Les deux seuls avec qui j'ai eu un peu plus de mal, c'est Merritt Butrick et Bibi Besch soit les Docteurs Carol Marcus et David Marcus. Sans parler de l'issu que l'on donne au personnage de David et que je trouve un peu risible (au-delà du fait qu'on le devine dès le début), je ne sais pas si c'est leurs traitements scientifique qui se prend trop au sérieux ou autres mais je ne les ait pas du tout trouvés convaincants. Ils m'ont même semblé à diverses reprises assez fade et presque transparent. Ce n’est pas vraiment dérangeant dans l'intrigue mais bon, la surenchère de leurs côtés m'a moins parlé....

Il est difficile sinon pour moi d'être objectif concernant la mise en scène de Nicholas Meyer. Faut dire aussi que la restauration en Blu-ray est si magnifique, qu'il m'est vraiment difficile de dire ce qui a pu mal vieillir ou pas car en l'état, j'ai trouvé que c'était vraiment excellent. Une nouvelle fois, on est bien loin des récentes restaurations "Star Wars" qui au final dénaturé totalement le visuel d'origine. Ici, le travail de restauration est vraiment impeccable et c'est vraiment très agréable de découvrir ce film dans de telles conditions.

En me basant donc juste sur ce que j'ai pu voir, je peux quand même dire que Nicholas Meyer n'a en tout cas pas démérité. Je ne vais pas vous mentir, j'ai une grande préférence pour la mise en scène de Robert Wise que je trouvais plus travaillé mais Nicholas Meyer s'en sort vraiment très bien avec cette réalisation assez simpliste mais diablement efficace. Comme je l'ai écrit plus haut, le rythme est assez lent mais entre le montage bien ficelé ainsi que son travail, on ne s'ennuie jamais.

Alors que la première aventure avait un petit côté hypnotique que j'aimais bien (voir la scène de découverte de l'Enterprise un tantinet un peu longue), Nicholas Meyer va lui à l'essentiel sans pour autant dénaturer l'univers de la franchise. Cette suite s'inscrit d'ailleurs dans une bonne continuité sans jamais nous perdre dans son imaginaire. Le réalisateur joue plutôt bien aussi avec les codes du genre. J'ai grandement apprécié d'ailleurs le travail fait sur la photographie et la lumière générale que je ne veux pas mettre au simple bénéfice de la restauration du long métrage en Blu-ray.

Même si de nos jours, on est toujours dans le domaine du kitsch (avec le charme qui va avec), j'ai bien apprécié les différents costumes et les maquillages. Eux aussi font très années 80 avec des tenues qui paraissent même très improbable de nos jours (et pas que dans l'espace) mais ça me botte bien. Ça doit être de toute façon bien réussi puisqu'à aucun moment, ils m’ont fait sortir de cette aventure. J'ai juste assez vite adhéré à l'idée que tout ceci faisait partie de ce monde.

Le son aussi m'a bien plu. Oui, logiquement dans l'espace personne ne nous entends crier (n'est-ce pas Ripley ?) mais bon, si toutes les incohérences scientifiques ne choque pas le spectateur qui veut juste s'amuser, on s'en moque un peu non ? Du coup, j'ai bien aimé le son général de ce film ainsi que ses effets visuels. Ces derniers m'ont semblé d'ailleurs un peu plus travaillé (plus de budget ?) comparé au premier film. A noter qu'à l'époque, le cinéma découvrait un peu les images de synthèses et que ce deuxième film est l'un des premiers à utiliser cette nouvelle technologie qui depuis semble être une évidence pour tout nouveau film fantastique.

L'ensemble à en tout cas beaucoup de charme. Même les décors sont sympathiques. Ultra kitsch aussi et en même temps, imprégné d'une identité assez forte. Lorsque maintenant dans un film fantastique on voit ce genre de cockpit avec siège central qui pivote, on pense assez vite à "Star Trek". Autre détail, la bande originale composée par James Horner que je trouve excellente. Elle colle très bien à ce film et son thème phare est lui aussi bien marqué de l'identité de la franchise. Quand on l'entend, on pense tout de suite à cette saga et la musique s’intègre bien dans le récit. Parfois dans la surenchère également, elle enrobe bien l'ensemble à mes oreilles malgré tout.

Pour résumer, "Star Trek 2 : La colère de Khan" est une excellente suite et une agréable surprise à laquelle je ne m'attendais pas. Si dans ma note ressentie je classe ce film au même niveau que le premier opus, j'ai quand même une petite préférence pour le film de Robert Wise mais Nicholas Meyer ne démérite vraiment pas avec cette nouvelle aventure passionnante qui m'a procuré toujours autant de plaisir à retrouver Kirk, Spock et l'Enterprise. Toujours très kitsch, en remettant ce film dans son époque, je n'ai jamais été choqué ni même déçu. J'ai trouvé que ce long métrage avait un certain charme et restait très agréable à suivre. Si ça reste assez classique et prévisible même dans sa réflexion, c'est quand même un volet que je pourrais revoir avec grand plaisir et qui me donne même envie de découvrir la suite. A noter que la restauration en Blu-ray vaut vraiment le détour pour (re)découvrir ce film dans les meilleures conditions. De mon côté, il s'agissait d'une découverte et je ne regrette pas ce voyage. J’embarquerais de nouveau avec joie et même si avec le recul, je veux bien admettre que le film est imparfait avec le temps qui passe, je le recommande en tout cas chaleureusement.

Liens divers :



Star Trek 2 : La colère de Khan

Star Trek 2 : La colère de Khan Star Trek 2 : La colère de Khan