"Hasta la vista, baby !"

C'est tout juste après avoir fini de me remater "Terminator" et avoir repris mon pied comme durant mon adolescence que je me suis enchaîné "Terminator 2 : Le Jugement dernier". Sachant que je gardais un excellent souvenir de ce film, c'est avec encore plus les yeux fermés que j'ai inséré mon Blu-Ray du film dans le lecteur.

Et quel kiff !!! En général (bien que je ne partage pas toujours cet avis), on a tendance à dire que les suites sont souvent rater comparé au premier volet. Ici, il n'en est absolument pas question. Bien au contraire, si dans ma notation ressentie, je donne au deux premiers long métrage ma note maximale, je dois bien admettre, que si je devais en choisir un, mon cœur pencherait nettement plus vers ce deuxième film. Efficace et prenant de bout en bout, le scénario écrit par James Cameron et William Wisher Jr. est presque un modèle du genre.

Reprenant la trame du premier volet, cette suite réussit à nous proposer quelque chose de vraiment nouveau qui s'inscrit dans la continuité de ce que l'on a déjà pu voir tout en faisant évoluer de la meilleure façon qu'il soit son intrigue. Très intelligent, il n'hésite même pas une seule seconde à basculer les codes pour que le méchant du précédent film devienne ici un gentil. Je ne révèle d'ailleurs pas de grandes surprises puisque c'est depuis ce volet que Schwarzenegger en gentil Terminator semble sonner comme une évidence.

Malgré son humour plus présent ainsi que son action plus intense, le scénario arrive également à faire un peu plus "sérieux" dans sa construction. On retrouve bien sûr quelques facilités et l'issue finale semble prévisible mais j'ai trouvé malgré tout que cette suite apparaissait comme étant moins légère que son prédécesseur (je ne sais pas si je m'explique bien, les deux films étant quand même profond dans le message qu'il veut véhiculer). Quoiqu'il en soit, on a tous les ingrédients du premier film qui se retrouve multiplier ici et c'est aussi pour ça qu'à chaque fois que je revois ce long métrage, je retrouve aussi facilement mon âme d'adolescent car j'ai tout le temps cette impression de voir un film bien fait, qui m'en met plein la vue et qui n'oublie jamais de me divertir malgré l'importance de son sous texte.

Devant la caméra, c'est aussi un pied terrible que de retrouver Arnold Schwarzenegger en Terminator T-800. L'acteur assoit un peu plus son statut et continue de prouver qu'il est le seul et unique Terminator. Toujours très charismatique et portant une grande partie du film sur ses épaules, le comédien fait très bien le job et il s'avère, comme je le dis un peu plus haut, que c'est une excellente idée que d'avoir renversé son rôle comparé à la première aventure. Très facilement, la tendance se renverse, on oublie très vite son passé de méchant dans la franchise et c'est très naturellement qu'on éprouve de la sympathie pour son personnage robotique à qui on tente d'apporter une petite touche d'humanité dans son évolution.

J'ai beaucoup aimé revoir Linda Hamilton également dans la peau de Sarah Connor. La comédienne reprends bien son personnage également tout en subissant une très bonne évolution aussi ce qui accentue encore un peu plus le fait qu’on n’ait pas l'impression d'être dans une suite copier-coller. Oublié la légèreté de son rôle et le côté femme en détresse. Ici, au-delà de sa simple musculature qui montre à quel point elle s'est investie dans son rôle, l'actrice nous dépeint le portrait d'une femme forte, véritable combattante qui ne va pas hésité à mettre les mains dans le cambouis. Je trouve ça vraiment bien ce que l'on a fait d'elle, j'apprécie beaucoup le fait qu'on n'en ait pas encore fait une femme à sauver.

Nouveau venu dans la franchise, Edward Furlong incarne un John Connor parfait. Absent du premier film puisqu'il n'était pas encore né, on le retrouve ici dans la peau de l'adolescent rebelle un peu paumé, en manque de repère mais qui va vite prendre conscience de ses responsabilités. Quand je vois la qualité du jeu de l'acteur (pourtant très jeune ici), je regrette vraiment que par la suite l'acteur n'ait pas su faire fructifier sa carrière autant qu'il l'aurait pu. C'est vraiment dommage car au-delà de sa "belle gueule", le jeune acteur démontre de belles choses et s'insère dans l'aventure avec une facilité déconcertante. Interprété ce genre de personnage après le mythe que l'on nous a vendu dans le premier film n'était pas facile mais il s'en sort vraiment bien.

Arnold Schwarzenegger étant passé du côté des gentils, il a fallu trouver un nouveau méchant à nos héros et celui-ci n'est autre que Robert Patrick en Terminator T-1000. Là aussi, le rôle était assez casse gueule mais l'acteur fait très bien son boulot et reste convaincant. L'évolution des Terminators n'explique pas tout, le regard manipulateur et la présence froide du comédien joue pour beaucoup dans la crédibilité que je trouve à ce personnage. Face à la montagne de muscles qu'est Arnold Schwarzenegger, Robert Patrick assure bien à tel point qu'il est ici à mes yeux dans l'un des rôles les plus marquants de sa carrière et fait lui aussi dorénavant parti de la mythologie de cette franchise.

Tourné principalement autour de ses quatre personnages, le reste de la distribution est quand même très bonne aussi. Je pense par exemple à Earl Boen que j'ai apprécié retrouvé en Docteur Silberman. Un peu plus développé qu'auparavant, son scepticisme face à cette histoire en deviendrait presque agaçant ce qui me laisse penser qu'il joue bien son jeu. J'ai bien aimé aussi Joe Morton en Miles Dyson. Le parallèle de son personnage avec celui qui a inventé la bombe nucléaire est très intéressant mais au-delà de ça, l'acteur m'ait vite apparu sympathique au point que je regrette presque de ne pas le voir plus.

Avec un budget plus conséquent, James Cameron s'est donné les moyens de faire une suite réussie et il y parvient très facilement. Sa réalisation est encore une fois magnifique. J'avais déjà beaucoup aimé le précédent volet mais ici, je trouve qu'il arrive à faire quelque chose d'encore plus propre. C'est net avec des plans d'une très grande beauté et d'une très grande richesse pour un film d'action fantastique. De nombreuses scènes restent en mémoire après la projection et sont même devenus des références dans le genre.

Si le premier volet faisait très années 80, on voit dans ce film que l'on est passé dans les années 90 mais pour autant, le long métrage n'a pas pris une ride. Il vieillit nettement mieux que son prédécesseur avec des effets visuels très réussi. Le côté métal liquide du T-1000 apparait peut être un peu kitsch avec le recul mais ça ne m'a jamais dérangé dans mon visionnage même lorsque je le revois aujourd'hui. Le fond n'est pas oublié mais dans la forme aussi en tout cas on n'en a pour notre argent.

Quel pied aussi de voir ses différents looks et ses différents décors. Le Terminator n'a jamais semblé être aussi classe, le côté militaire de Sarah Connor lui va comme un gant et la ville de Los Angeles est un cadre de jeu parfait. La course poursuite entre la moto de John Connor, le camion du T-1000 et la Harley du T-800 derrière est un bon exemple de la très bonne utilisation de la caméra de James Cameron. J'apprécie beaucoup aussi la photographie du film avec cette lumière chaude qui tranche un peu avec le précédent volet et des scènes du futur superbement bien ficelé comme l'apparition de John Connor dans le futur ou le rêve apocalyptique de Sarah Connor qui fait froid dans le dos (ce rêve est vraiment bluffant visuellement). Quant à la musique signée par Brad Fiedel, elle fait de nouveau le boulot en exploitant bien son thème phare et en reprenant de bonnes chansons de l'époque dans le fond.

Pour résumer, "Terminator 2 : Le Jugement dernier" est à mes yeux une claque cinématographique. Référence dans son genre, cette suite d'une très grande qualité me procure toujours le même plaisir que lors de la première fois où j'ai découvert le film et comme son prédécesseur, je ne me lasse vraiment pas de le revoir. J'avoue même avoir une petite préférence pour la version française tant les répliques exceptionnelles apportent aussi un petit plus à l'ensemble non négligeable. Malgré les visionnages, le plaisir est toujours là et je pourrais de nouveau le revoir les yeux fermés sans soucis tant on est en présence d'un bon gros divertissement efficace de cinéma comme je l’affectionne.

Liens divers :



5.0